LCM intègre le Groupe Medias du Sud

Ca y est, c’est officiel ! Nous avons passé le relais aujourd’hui à Christophe Musset et Pierre Paul Castelli, les dirigeants de Medias du Sud.

Je reviendrai prochainement plus en détail sur les raisons de cette décision, qui est parfaitement en ligne avec le plan que nous avions annoncé pour LCM. Mais voici déjà le communiqué de presse :

CP LCM – TV Sud 8 novembre 2011

Mise à jour le 15 mars 2012 : voici un article récent qui vient préciser l’intérêt de ce rapprochement.

Jean Mane élu entrepreneur de l’année au niveau national !

J’avais écrit il y a quelques temps un billet sur le Prix de l’Entrepreneur de l’Année en région Méditerranée. J’avais eu la chance d’être invité par Jérôme Magnan et l’équipe de Ernst&Young à faire partie du jury, et nous avions eu l’occasion de découvrir plusieurs très belles entreprises et des parcours d’entrepreneurs qui inspirent un grand respect. Lire la suite

Rencontres Capitales : les métiers de demain

Je participe vendredi aux Rencontres Capitales à Marseille. Mon débat porte sur le thème « Mondialisation, sciences et technologies : quels seront les métiers de demain ? « .

J’avoue que je n’avais pas vraiment réfléchi à ce sujet. Un entrepreneur est plutôt concentré sur son job au quotidien ! J’ai donc profité de l’occasion qui m’était donnée pour passer un peu de temps à préparer cette intervention, en particulier sur cette question des métiers de demain. Et comme j’ai trouvé tout cela assez intéressant, je propose de vous faire partager mes réflexions.  Cela peut servir de base pour trouver des idées de business. Lire la suite

C’est la rentrée sur LCM !

Ca y est, tout est calé. L’équipe est bien organisée et les programmes sont lancés. Retour sur les derniers mois et présentation des nouveautés de la rentrée.

  • L’équilibre économique enfin atteint

Depuis le mois d’avril, nous avons un souci de moins puisque nous avons réussi à atteindre l’équilibre financier ou à gagner de l’argent chaque mois (sauf août qui est naturellement plus bas en chiffre d’affaires). J’avais insisté sur l’importance de cet équilibre, préalable à toute autre chose. Maintenant que ce problème est réglé, et même si nous devons rester vigilants, nous pouvons nous concentrer sur la suite. Lire la suite

Pôle Emploi ? Love money ? Crowd-funding ? Les premiers financements pour démarrer.

Ca y est ? Vous avez avancé votre projet aussi loin que vous le pouviez en réfléchissant le soir après votre boulot et le week-end. Il faut maintenant que vous vous lanciez ! Vous devez quitter votre poste et vous consacrer à plein temps à votre projet. Mais pendant une période, vous allez certainement devoir investir et n’aurez pas de chiffre d’affaires pour vous rémunérer.

Quand vous aurez avancé, vous pourrez vous tourner vers les clubs de business angels. Mais si vous allez les voir trop tôt, il est probable que vous perdiez votre temps. En général, ils ont besoin que vous ayez dépassé le stade de l’idée et que vous ayez un minimum fait la preuve produit. Lire la suite

Externaliser ce qui n’est pas stratégique

Au fil des années, je suis arrivé à la conclusion qu’il était préférable d’externaliser tout ce qui n’est pas stratégique. Au début, dans l’euphorie de la création d’entreprise, je voulais tout faire en interne. Mais petit à petit, j’ai pris conscience que les choses étaient bien mieux faites et coutaient moins cher quand elles étaient faites en externe.

Que les spécialistes fassent mieux les choses, je pense que tout le monde le comprendra. Mais quand je vous dis que cela coute moins cher, je sens tout de suite un certain scepticisme… Alors je m’explique : c’est avant tout un problème de coût d’opportunité. Pendant que vous faites des choses que vous pouvez confier facilement à d’autres, êtes-vous certain que vous ne passez pas à côté d’un point essentiel que vous pourriez apporter à votre entreprise ? Après s’ajoutent le coût des erreurs, du tâtonnement, de l’énervement quand quelque chose se passe mal, etc…

Alors, que peut-on externaliser ? Lire la suite

Mieux vaut une petite part d’un gros gâteau qu’une grosse part d’un petit gâteau

C’est la phrase « tarte à la crème » que tout entrepreneur se voit servir par les investisseurs qui veulent le convaincre de leur céder la part la plus importante possible du capital de son entreprise. Pour avoir moi-même eu la chance d’avoir « une petite part d’un (assez) gros gâteau », je suis bien placé pour donner mon avis sur cette phrase stupide… En effet, la question qui se pose est celle de la motivation de l’entrepreneur (ou de l’équipe d’entrepreneurs). Lire la suite