Michel et Augustin

Je suis fan de Michel et Augustin ! De leur page Facebook bien-sûr, mais pas seulement. S’il y a encore dans ce pays des gens qui ne connaissent pas « les trublions du goût », je vous invite à découvrir rapidement les « petits sablés ronds et bons », les « vaches à boire » et toutes les productions de la Bananeraie. Mais revenons un peu sur les raisons de mon admiration pour ces deux entrepreneurs et leur équipe.

  • L’audace

« Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait ». Cette phrase de Pagnol s’applique à merveille à Michel et Augustin.

Michel-et-Augustin

Imaginons la tête de n’importe quelle personne un peu censée travaillant dans le secteur agro-alimentaire (je ne parle même pas des financiers !), à qui l’on dirait : nous fabriquons des sablés dans notre cuisine et nous allons concurrencer les Danone et autre leaders du secteur. Et pourtant, eux, ils ne l’ont pas dit, ils l’ont fait ! Et souvent effectivement, la question n’est pas de dire, mais de faire.

Donc « Michel et Augustin », rien ne les arrête ! A la Bananeraie, on est dans le domaine du possible. Bill Gates raconte encore comment les petits frenchies ont fait un carton lors du Salon des Entrepreneurs! « Think out of the box », doit certainement être l’une de leur règle d’or. Et pourtant, il n’y a pas de doute : pour mener sur la durée une entreprise comme « Michel et Augustin », nous n’avons pas à faire à deux gentils fêlés, mais bien à des managers complets.

Et c’est ça qui me bluffe plus que tout : comment gardent-ils la créativité au milieu des contraintes ? Quand on pilote une entreprise, chaque jour amène son lot de problèmes : trésorerie, ressources humaines, charges multiples… Par définition, le manager doit régler les problèmes que les autres n’ont pas réussi à régler. Difficile dans ces conditions de garder l’audace et la créativité.

  • Une marque authentique

Ce que les consommateurs aiment, c’est la côté authentique des produits. Les produits sont souvent les plus chers de leur catégorie, ils sont souvent un peu moins bons pour le régime, mais ils sont naturels ! Du bonheur en petite boite ! C’était un pari risqué en période de crise, mais nous sommes sur une tendance lourde de la consommation de ces dernières années : un consommateur va voyager low cost, mais séjourner dans un hôtel de luxe. Les moments de plaisir se font plus rares, mais ils doivent être intenses.
Donc, Michel et Augustin est une marque authentique, avec de vraies valeurs, qui se retrouvent dans les produits. Mais il faut savoir que ses managers aussi sont authentiques ! J’ai le plaisir de connaître Augustin, avec qui qui je travaillais au Club Med et avec qui nous avons entretenu des contacts réguliers. Et bien Augustin, il est comme ses produits : simple, bon, agréable. C’est aussi pour ça qu’il fait un carton auprès des journalistes, qui adorent l’inviter en radio (BFM) ou l’interviewer pour des articles. Leur passage dans l’émission Capital il y a quelques semaines a été un véritable carton. Pourtant, combien d’entreprises se sont fait piéger par Capital avec des reportages dévastateurs ? Mais là, rien, que du bonheur !  A l’image de l’entreprise.

  • Une marque 2.0

Enfin, Michel et Augustin est pour moi une vraie marque 2.0, peut-être la première marque 2.0 que l’on trouve dans les rayons de l’hypermarché. Les produits sont élaborés avec les avis des clients qui en deviennent les ambassadeurs, la Bananeraie est ouverte à tous. Moi-même, je me souviens avoir envoyé une photo à Michel de ma première boite de Sablés rencontrée au bar du TGV. Plus tard, il m’est arrivé de faire appeler le chef de rayon chez Casino pour demander pourquoi ils ne vendaient pas les produits Michel et Augustin. C’était il y a quelques années déjà !  Pas étonnant dans ces conditions que leur page Facebook fasse un carton, avce plus de 25 000 fans ! Pendant le reportage de Capital sur Michel et Augustin, nous étions des milliers à commenter en direct l’émission. Un vrai succès qui leur a apporté des milliers de nouveaux fans !

Voilà en résumé tout ce que j’aime chez Michel et Augustin. Après, je ne connais pas l’envers du décor : les relations avec la distribution doivent être difficiles, les marges faibles, les investissements importants, etc… Mais en termes de marketing, c’est un cas d’école et un exemple à suivre !

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>